Le jardin intérieur décoratif

Avec de plus en plus de personnes vivant les unes sur les autres dans un environnement urbain et disposant de moins en moins de temps libre, l’entretien d’un jardin conventionnel devient un plaisir de plus en plus rare. Cependant, il existe des moyens faciles, inventifs et peu couteux pour créer des jardins intérieurs décoratifs qui s’adaptent aux chambres, appartements et maisons de toutes tailles, avec ou sans balcon.

Les éléments-clé d’un jardin intérieur

Le but de la création d’un jardin intérieur est d’intégrer des plantes vivantes dans la décoration de vos pièces. Le choix des contenants devient ainsi aussi important que le choix des contenus. Au niveau des pots, jardinières etc., l’impératif est de trouver des objets qui se mêlent harmonieusement aux styles différents de votre décoration. Pour ce qui est des plantes d’un jardin intérieur, elles peuvent servir de points focaux ou d’arrière-plan verdoyant à vos pièces et ne nécessitent idéalement que peu de soins pour leur entretien.

Après quelques astuces pour le choix de vos contenants ainsi que les endroits et les méthodes pour les installer, vous trouverez des suggestions de plantes et des conseils pour leur entretien.

Contenants

Pour une culture classique des plantes à l’intérieur, on utilise des pots avec un ou plusieurs trous qui assurent l’écoulement de l’eau et qui sont placés alternativement dans des cache-pots ou sur des soucoupes. Le cache-pot devient ainsi le moyen le plus facile pour personnaliser votre décoration d’intérieur et vous permet d’intégrer votre nouvelle plante dans son nouvel environnement sans passer par la phase du rempotement. En dehors des cache-pot en terracotta simple ou orné, le choix de pots en faïence dans une multitude de couleurs, de formes et de dessins disponibles à l’achat est aussi étendu et varié que vos goûts.

Une manière plus économe et « eco-conscious » est de se servir de contenants que vous avez déjà à la maison – ou dans votre cave. Le seul critère est la matière, qui ne doit pas absorber et laiser pénétrer l’eau – de préférence faïence, terre cuite ou verre, mais aussi le métal et le plastique. Selon la taille de la plante, vous pouvez utiliser des porte-parapluies, des ramequins, des verrines et des vieux bols dépareillés, des soupières ou des saladiers, des mugs, des verres, des verres à conserves, des tirelires, des boîtes à café ou à biscuits, des petites poubelles de table et jusqu’aux casseroles en cuivre, émail ou inox dont vous ne vous servez plus. Pour éviter la pourriture des racines, il est important que la plante achetée ne soit pas en contact direct avec le fond du cache-pot. Vous pouvez alors mettre un peu de gravier, des pierres rammassées en forêt ou sur une plage, une poignée de perles de verre, des billes avec lesquelles vos enfants ne jouent plus, et une multitude d’autres petits objets en verre ou en pierre qui vous tombent sous la main – p.ex. brisures de carrelage, anses de mugs cassés etc.

Pour ceux qui cherchent et osent le contenant insolite et/ou fait maison, il est également possible de donner une nouvelle vie à des paniers, des sacs à main ou encore à des chapeaux – dans ces cas-ci, il est préférable de tapisser l’intérieur du contenant avec des sacs en plastique et de poser une petite soucoupe sous le pot lui-même afin d’éviter le débordement lors de l’arrosage. En guise de soucoupe, vous pouvez également vous servir d’objets que vous seriez susceptibles de jeter : couvercles en métal ou plastique de pots de crèmes ou d’autres produits cosmétiques, couvercles en métal de pots de peinture vide, couvercles de boîtes de café ou de produits alimentaires….

Si vous avez le temps et le courage, il est également possible de couper en deux un ballon de foot pour en faire deux coupes ou encore de transformer des vieilles chaussures et aussi des vêtements : ainsi une botte en caoutchouc colorée se prête merveilleusement bien à une deuxième vie comme corne d’abondance verdoyante et il est également possible de nouer les jambes d’une vieille paire de jeans ou d’un pantalon de ski pour ensuite remplir le vêtement avec un substrat adapté…

Pour ceux qui cherchent l’insolite mais n’osent ou ne peuvent pas se lancer dans la création de contenants faits maison, il existe des solutions préfabriquées très intéressantes et décoratives : Ainsi la marque italienne Diesel, connue habituellement pour ses vêtements, comprend également la collection Diesel living  et y offre, en collaboration avec la marque Seletti, toute une série de contenants de taille petite à moyenne et à usages multiples. Ces produits ludiques et surprenants en béton, plastique et porcelaine épousent les formes d’objets quotidiens – tête de vis, malette à outils, vieille godasse, casque de chantier retourné etc. – et se prêtent merveilleusement bien comme pots de fleurs pour un jardin intérieur urbain auquel ils ajoutent une petite note très design.

Avec une hauteur de 42 cm et un diamètre de 32,5 cm,  le tabouret creux à quatre pieds fermé par un couvercle Bubu Ier que Philippe Starck a créé pour la marque XO Design est un autre objet multiusage et stylé, qui se prête aussi bien pour le rangement de jouets éparpillés que pour la culture de plantes à l’intérieur ou sur un balcon. Il suffit de remplir le tabouret avec une large couche de billes d’argile ou avec un autre drainage minéral jusqu’en haut des quatre pieds et de rajouter un terreau adapté aux besoins des plantes. Lego propose un système similaire à Bubu avec des boîtes de rangement carrées ou rectangulaires épousant la forme et les coloris de leurs briques en plastique classiques. Encore plus robustes que le tabouret Starck, ces boîtes se laissent facilement transformer en bacs et jardinières fleuris pour votre jardin d’intérieur.

Emplacement

Pour ce qui est de l’emplacement, de simples astuces permettent de faire pousser vos plantes à n’importe quel endroit de votre habitation. Pour les plantes nécessitant un taux d’humidité élevé, vous pouvez facilement les accomoder en vaporisant de l’eau à même les feuilles ou les fleurs. Pour les plantes craignant un excès de soleil, il suffit d’ajouter des rideaux ou d’interposer un autre objet pour les garantir de la lumière trop vive. Si le coin réservé à votre plante est trop sombre, il existe des éclairages adaptés.

Si la plupart des plantes d’intérieur sont conventionnellement posées par terre ou en hauteur sur des bancs de fenêtres, guéridons, tables et étagères, il est tout à fait possible de fleurir et verdoyer d’autres parties de votre habitat, notamment les murs et les plafonds.

Si vous souhaitez inclure vos murs dans la création d’un jardin urbain, la solution la plus simple est de fixer des petites tablettes sur lesquelles poser vos plantes. Pour les plantes de petite taille, vous pouvez opter pour des tablettes en verre. Si vous souhaitez installer des plantes plus grandes ou créer des compositions avec plusieurs plantes, il est preférable d’opter pour une tablette en mélanimé de bois et de la fixer sur deux ou plusieurs équerres. Si la matière brute vous paraît trop ennuyeuse, vous pouvez peindre sur les supports ou les couvrir avec d’autres matières colorées et/ou à dessins.

Un système aussi efficace que stylé pour la culture verticale de plantes petites et de taille moyenne est disponible auprès de l’entreprise Kalamiticahttps://www.kalamitica.com . Contrairement à la plupart des petits pots à aimants disponibles en magasins de bricolage et qui n’adhèrent jamais vraiment bien aux surfaces métalliques, se cassant ainsi souvent en tombant, le système en question est aussi beau que robuste et pratique. Il suffit de percer dans le mur pour y fixer un large disque en métal dont la taille varie en fonction des pots que vous souhaitez y fixer. Ensuite vous choisissez un pot dans la matière, la forme et le coloris que vous préférez. Puis vous y posez ou plantez votre plante et vous l’attachez sur le disque en métal grâce au disque aimanté qui se trouve sur le côté du pot. La marque propose également des éclairages encastrables dans les pots rectangulaires de sorte que vous puissiez fleurir même les coins sombres de votre habitat.

Si vous souhaitez inclure le plafond dans la conception de votre jardin intérieur, les suspensions sont vos contenants de choix. Il suffit de percer un trou dans votre plafond et d’y fixer un crochet. Vous pouvez ensuite acheter des suspensions toutes faites dans votre magasin de jardinage – vous en trouverez même dans les hypermarchés et supermarchés. Il est également possible de personnaliser vos suspensions et de les fabriquer vous-mêmes. Ainsi, vous pouvez fabriquer des filets en macramé avec des fils de la matière et du coloris de votre choix. De vieilles cordes à sauter s’y prêtent aussi bien que des tubes et autres instruments de fitness dont vous ne vous servez plus. Vous pouvez également utiliser des lacets de texture et de coloris différents pour créer des filets robustes et originaux.

Quant au pot lui-même, il est préférable d’opter pour une forme de coupe, plutôt plate et étendue, et ce dans une matière légère. Pour une touche « urbaine », vous pouvez également vous servir de ce que vous avez sous la main : un ballon de foot, de basket ou de rugby coupé en deux ; des coupelles ou saladiers en plastique coloré, de jolies boîtes en métal. Pourvu que la fixation soit bien solide et que vous préveniez l’écoulement de l’eau, il n’y a pas de limite à votre créativité !

Substrat

De même que pour un jardin conventionnel, le substrat des plantes est un facteur très important pour un jardin intérieur urbain. Si vous voulez éviter le travail du rempotage, vous pouvez placer directement vos plantes dans des contenants que vous avez choisis comme cache-pots – voir ci-dessus. Dans ce cas-là, il est important d’éviter que le godet dans lequel vous avez acheté votre plante touche directement le contenant, ce qui pourrait entraîner la moisissure de votre plante. Mettez quelques pierres, du gravier ou d’autres petits objets en pierre, faïence, porcelaine ou verre que vous avez sous la main. Dans le cas d’un contenant sensible à l’eau – coupes en bois, chapeaux, sacs etc. – pensez à en protéger l’intérieur. Vous pouvez vous servir d’un sac poubelle en plastique que vous découperez et agraferez pour tapisser l’intérieur de votre contenant.

Si vous optez pour le rempotage et/ou vous souhaitez créer des compositions dans des contenants plus grands, voici quelques astuces qui vous faciliteront la tache :

Protection et préparation

Avant de vous mettre au travail, libérez un maximum de place dans une de vos pièces et achetez une grande bâche bien solide pour couvrir le sol. Si vous avez les mains sensibles et/ou vous pensez à travailler avec des cactées, pensez également à vous acheter une paire de gants de jardinage. Vous pouvez également utiliser la vieille paire de gants en cuir qui traîne au fond de votre placard depuis des années attendant d’être nettoyée…. Préparez également une bassine avec de l’eau – elle vous servira pour faire trempette à vos plantes lors de leur rempotage et permet de se rincer les mains sommairement. Des serviettes et/ou un rouleau de sopalin peuvent également s’avérer utiles.

Choisissez bien vos contenants et calculez approximativement leur volume avant d’aller acheter votre terreau.

Contenants : paillage et terreau

Si vous choisissez des contenants fermés, il est important d’assurer un bon drainage au niveau du substrat afin d’éviter la pourriture des racines et des plantes. Couvrez environ 50 % de votre contenant avec un paillage minéral tels que les billes d’argile ou du gravier de pierres naturelles. Ensuite, vous pouvez vous servir d’un mélange de terreau ordinaire, de terre dite de bruyère ainsi que d’une poignée de sable et de humus – 40% +40%+10%+10%. Afin d’ameublir encore davantage votre substrat vous pouvez également y incorporer des écorces de pin ou des fibres de coco. Le but est de rendre le terreau à la fois poreux et nutritif. Ci-dessous, vous trouverez des indications pour les plantes nécessitant un traitement spécial.

Plantation et décoration

Ajoutez la couche de paillage minéral et couvrez-la légèrement d’une poignée de terreau. Sortez la ou les plantes que vous souhaitez transplanter de leurs godets en plastique et plongez la motte avec les racines dans votre bassine remplie d’eau. Laissez tremper quelques secondes, puis retirez votre plante en en démêlant les racines. Placez vos plantes au centre de votre contenant et rajoutez du terreau tout autour. Tapotez légèrement avec votre main et rajoutez quelques gouttes d’eau autour de la base de la plante. Si vous le souhaitez, vous pouvez également rajouter une fine couche de sable coloré, des perles en verre ou encore d’autres éléments décoratifs.

Les plantes

De même que pour un jardin conventionnel, il existe des plantes particulièrement adaptées aux conditions environnementales d’un jardin intérieur urbain. Voici quelques suggestions :

Succulentes et cactées

Si vous faites partie des gens extrêmement occupés partant souvent en voyage d’affaires et travaillant même le week-end, vos plantes de choix sont des cactées et des succulentes. Ne nécessitant que très peu de soins, ces plantes préfèrent presque qu’on les laisse tranquilles. Comptez un seul arrosage parcimonieux par mois pour les cactées et 2 à 3 arrosages par mois pour les succulentes en faisant toujours attention à n’arroser que le substrat autour du pied de la plante et jamais la plante elle-même. Parmi les succulentes, les espèces du genre haworthia sont aussi petites et rustiques que décoratives – vous trouverez toutes les informations sur les différentes espèces de ce genre et leur usage dans l’article éponyme de notre site.

Plantes vertes au feuillage persistant

Les plantes vertes exotiques sont de beaux points focaux pour toute pièce et ce tout au long de l’année. Les « caoutchoucs » et autres espèces du genre botanique ficus – cf. l’article sur ce site – ne nécessitent pas plus que un à deux arrosages raisonnables par semaine et vous revaudront un peu de soins – apport occasionnel d’engrais, dépoussièrage des feuilles etc. – avec un feuillage persistant bien vert et gras.

Des palmiers du genre trachycarpus ou phoenix canariensis sont disponibles dans tous les supermarchés et rajoutent une belle touche exotique à vos pièces. Comptez également un à deux arrosages normaux par semaine et donnez-leur un contenant suffisamment grand – au moins deux fois la taille de la motte – si vous les aimez épanouis. Pour davantage d’informations sur les différentes espèces de palmiers vous pouvez consulter notre article consacré aux jardins exotiques.

Originaire d’Afrique du Sud, le zamioculcas est une belle plante verte arbustive au feuillage persistant, capable d’emmagasiner de l’eau. Arrosez-le 3 à 4 fois par mois – il survivra même si vous partez en vacances pour 7 à 15 jours.

Une plante extrêmement décorative et particulièrement bien adaptée pour être cultivée en suspension est la tradescantia. Avec ses tiges tombantes longues et souples couvertes de feuilles ovales bicolores vert et violets traversées de stries argentés, l’espèce tradescantia zebrina est un atout pour une petite chambre d’étudiant aussi bien que pour le grand salon d’une maison cossue.

Plantes qui purifient l’air

Si la création de votre jardin intérieur est motivée par le désir d’un environnement assaini au beau milieu de la pollution urbaine, deux plantes seront vos alliées pour purifier l’air de votre habitat : La sansevieria, connue surtout sous le nom vernaculaire de « langue de belle-mère » ne nécessite pas plus que deux à trois arrosages parcimonieux par mois. Pour la mettre à l’aise, rajoutez de la fibre de coco et/ou des écorces de pin à votre substrat pour le rendre plus léger et poreux. Contrairement aux différentes espèces de sansevieria, les espèces appartenant au genre botanique clusia sont originaires des mangroves asiatiques et aiment un arrosage régulier deux à trois fois par semaine. Clusia rosea est l’espèce la plus répandue chez nous et peut également être cultivée exclusivement en hydroculture. Malgré leurs différences ces deux plantes ont en commun le pouvoir de capturer la dioxide de carbone et de contribuer ainsi à un air plus pur dans votre habitat.

Plantes fleuries

Si vous aimez les plantes fleuries, les orchidées sont vos alliées de choix. Les différentes variétés de l’orchidée papillon, l’espèce phalaenopsis, sont disponibles partout à petit prix et vous donneront des fleurs spectaculaires pendant des mois si vous les traitez correctement : pour une orchidée que vous laissez dans son godet d’origine, il suffit de la sortir de son cache-pot une fois par semaine et de lui faire subir un bassinage pendant enciron 5 min. Si vous la transplantez en pot, pensez à rajouter à votre mélange de terreau la même quantité en écorces de pin. Les orchidées aiment avant tout les contenants transparents en verre ou cristal. Si le contenant est fermé et que vous ne pouvez pas procéder au bassinage, il suffit d’arroser parcimonieusement à même le pied de la plante 1 à deux fois par semaine. Pour contrer les effets nocifs d’un air trop sec en été ou en hiver, vous pouvez également vaporiser de l’eau non calcaire directement sur les fleurs. Moins délicates, mais dotées d’une belle vivacité colorée, les broméliacées aiment les places au soleil. L’arrosage se fait une à deux fois par semaine directement sur la plante qui capture l’eau dans les interstices de ses longues feuilles lancéolées.

L’ornithogale est de taille plus petite que les broméliacées mais impressionne avec ses grappes de petites fleurs colorées ou blanches selon l’espèce. Elle ne nécessite qu’un arrosage très parcimonieux – un demi-verre à eau une à deux fois par semaine est largement suffisant.

Fleurs à bulbes

Si vous souhaitez faire rentrer le changement des saisons dans votre intérieur, vous pouvez adopter des compositions de fleurs à bulbes. Ainsi, au printemps, vous pouvez composer des coupes avec des tulipes, des crocus, des narcisses ainsi que des jacinthes auxquelles vous pouvez également ajouter quelques primevères.

Pour l’été, optez pour les différentes espèces d’iris, de lys et de freesia. Pour des fleurs spectaculaires et une floraison de longue durée, l’amaryllis est votre plante de choix, notamment en hiver. Les fleurs à bulbes ne nécessitent pas un arrosage copieux. Une à deux fois par semaine suffit largement.

Toutes les fleurs à bulbes peuvent être recyclées pour une floraison l’année prochaine : il suffit de couper la fleur fanée avec ses feuilles et sa tige juste au-dessus du bulbe. Ensuite, il faut précautionneusement déterrer le bulbe et le mettre dans un panier bien aéré où il sera au sec et à l’abri du soleil. Il suffit de le ressortir et de le replanter dans le substrat l’année prochaine – dès octobre pour l’amaryllis et les fleurs du printemps, dès avril pour les fleurs d’été.

Entretien

Pour l’arrosage de vos plantes d’intérieur il faut toujours garder en tête la règle de base : moins est plus. Surtout pour les plantes poussant dans des contenants fermés, sans trous de drainage, un arrosage copieux est le pire ennemi.

En dehors des plantes à bulbes qu’il faut enterrer, couper, déterrer et renterrer – cf. ci-dessus -, la plupart des plantes de votre jardin d’intérieur ne nécessite pas de traitement spécial. Il suffit d’enlever régulièrement les feuilles, fleurs et branchages morts.

Grâce aux plantes et aux matériaux disponibles, il n’est plus besoin de vivre à la campagne pour être entouré de verdure. En réalisant votre jardin intérieur, vous pouvez désormais créer un oasis vert au beau milieu de la pollution et du vacarme urbain et inventer ainsi un morceau de nature  au gré de vos besoins et de vos envies !

tristique dapibus id Nullam Sed mattis Praesent elit. amet, ante. vel,