Culture et entretien de la Carline (Carlina)

Carline

Une beauté piquante

Souvent méprisées, les carlines nous font fuir avec leurs feuilles et leurs tiges piquantes. Mais la forme insolites de leur feuillage et surtout de leurs inflorescences colorées et complexes en fait des plantes extrêmement décoratives pour tous les jardins.

Origine

Carlina est un genre botanique qui regroupe des plantes herbacées fleuries dans la famille des Astéracées, c’est-à-dire les composées. Les carlines comprennent 34 espèces différentes. La plupart des carlines sont des plantes herbacées bisannuelles, mais le genre comprend également des buissons et des arbustes annuels et pérennes. L’aire de répartition des carlines s’étend des îles Canaries et de Madère à travers l’Europe et l’Afrique du Nord jusqu’en Chine et en Sibérie.

L’étymologie du nom serait dérivée de « carlina », qui renvoie à « caro », le chardon, ainsi qu’à Charles : selon la légende populaire, un ange aurait montré à Charlemagne les carlines comme remède contre la peste bubonique qui s’était abattue sur ses armées.

Fleur, feuille, couleur

Les carlines ressemblent beaucoup aux chardons. La différence majeure réside dans les bractées extérieures de la fleur qui ressemblent aux feuilles de la plante. Les carlines peuvent atteindre une hauteur jusqu’à 80 cm. Les tiges sont droites ou à plusieurs branches et sont couvertes d’épines. Les feuilles des carlines sont lobées ou dentées et ont également des épines. Quelques espèces ont également des feuilles couvertes de poils laineux. Les fleurs sont simples ou groupées en inflorescences. Leur base est entourée d’une collerette formée de trois rangées de bractées : tout d’abord un premier cercle de bractées extérieures ressemblant aux feuilles de la plante mais plus courtes que celles-ci. La deuxième rangée de bractées est à cils épineux et est de couleur brun à noirâtre. Les bractées intérieures sont pointues, longues et forment la périphérie du capitule. Même s’ils ne font pas partie de l’inflorescence elles sont faciles à confondre avec les ligules du capitule. Le capitule est composé comme chez tous les Astéracées – cette famille botanique est ainsi souvent appelée « Composées ». Ses fleurs sont tubulées et  prennent des coloris jaunes à rouges. Le fruit des carlines est une capsule poilue surmontée d’une aigrette, appelé pappus, qui assure la distribution des graines par le vent ou les insectes.

L’espèce la plus répandue en France est la Carline commune, carlina vulgaris, qui est aussi qualifiée d’artichaut sauvage. Cette plante herbacée mesure entre 15 cm et 70 cm. Ses feuilles sont oblongues, alternes et couvertes de poils cotonneux, surtout sur le revers. Les capitules de la Carline commune sont des fleurs tubulées jaunes ou brunâtres regroupées en forme de disque. Ils sont solitaires ou apparaissent en groupe de 2 jusqu’à 5 et sont entourés d’une dernière rangée de bractées drues et blanches. La Carline en corymbe, carlina corymbosa, pousse exclusivement sur le pourtour méditerranéen dans des sols secs, sablonneux ou rocailleux, et dans des endroits ensoleillés. Elle mesure entre 10 cm et 90 cm. Ses feuilles sessiles et alternes sont légèrement roulées et comportent des dents épineuses raides et longues. Comme l’indique son nom, ses inflorescences sont des corymbes de capitules qui ravissent avec leur belle coloration jaune profond. Leur fruit est un akène et se dissémine au gré du vent. La plus belle et spectaculaire des carlines est sans doute la Carline aux feuilles d’acanthe, carlina acanthifolia, une plante bisannuelle ou pérenne acaule – c’est-à-dire à la tige inexistante ou imperceptible. Comme nous l’indique son nom, la fleur est entourée non seulement des trois rangées de bractées distinctives du genre mais d’une rosette supplémentaire très large et fournie de feuilles longues et lancéolées. Ces feuilles dentées ressemblent à celles du pissenlit mais leurs dents se prolongent en épines longues et raides. De même que pour les Carlines en corymbe, les inflorescences se montrent dans un joli jaune profond et doré. Carlina acaulis, la carline acaule, ressemble beaucoup à la carline aux feuilles d’acanthe – comme elle, c’est une plante acaule et n’atteint qu’une hauteur entre 10 cm et 30 cm. Cependant, ses capitules ont une coloration blanche argentée très jolie qui en faisait une décoration appréciée, notamment dans le Sud de la France où les capitules séchés étaient traditionnellement accrochés au-dessus des portes des maisons.

Floraison

Les carlines fleurissent de juillet à septembre.

Utilisation

Dans la médecine européenne, l’huile des carlines, extraite de leurs racines, a été utilisée pour ses qualités diurétiques et apaisantes dans le traitement d’afflictions aussi diverses que les maux de dents, les lésions cutanées et des cataractes. Encore de nos jours, l’essence de carline est reconnue pour ses vertus antimicrobiennes. Très mellifères, les carlines sont très appréciées des abeilles et d’autres insectes. De plus, la Carline aux feuilles d’acanthe ainsi que la Carline acaule sont considérées comme un baromètre naturel puisqu’elles se ferment à l’approche d’un temps mauvais.

Comment planter les carlines ?

Période et méthode de plantation

Le meilleur moment pour semer les graines des carlines est au printemps et en automne. Dès la fin de l’été, il est possible faire germer les graines des carlines en pleine terre, dans un substrat bien drainé et ameubli avec du sable et du gravier. Il est recommandé de laisser suffisamment de place entre les plants car les carlines possèdent des racines pivotantes vigoureuses et très envahissantes. Une fois plantées, il est déconseillé de les déloger.

La plupart des carlines sont des plantes bisannuelles : la première année, elles ne forment que la première rosette basale de feuilles. C’est au cours de la deuxième année qu’elles développent leurs belles inflorescences avant de mourir.

Substrat

Les carlines ont avant tout besoin d’un terreau bien drainé voire même sec. Elles s’épanouissent le mieux sur un terrain rocailleux et aiment les sols crayeux, sablonneux et alcalins – pH > 7.

Engrais

Les carlines n’ont pas besoin d’un rajout d’engrais. Grâce à leur racine pivotante épaisse et profonde, elles se procurent tous les nutriments nécessaires.

Comment entretenir les carlines ?

Exposition lumineuse

Les carlines adorent le soleil et préfèrent une exposition maximale sud ou ouest.

Arrosage

Originaire des régions arides, les carlines n’ont pas besoin d’être arrosées régulièrement et s’épanouissent même mieux en période de sécheresse.

Taux d’humidité

Les carlines aiment les climats secs.

Taille et récolte

Il est conseillé de tailler les carlines au mois de mars.

Multiplication

Les carlines se multiplient naturellement par dissémination des pappus rassemblés dans leurs akènes au gré du vent et des insectes. Comme pour d’autres plantes de ce genre – à l’instar du pissenlit ou des chardons – il est possible de récolter les akènes avec les graines avant leur dissémination et de les faire germer dans un terreau léger composé de fibre de coco et de sable. Au printemps suivant, on peut alors transplanter les petits plants en pleine terre. Il est également possible de les semer directement en pleine terre après avoir bien ameubli le terrain – voir ci-dessus.

Rusticité et protection

Les carlines sont très rustiques et n’ont rien à craindre d’un hiver européen.

Maladie et parasites

Vivaces et rustiques, les carlines sont insensibles aux parasites et aux maladies.

Carline : liste des différentes espèces

efficitur. venenatis, luctus libero adipiscing commodo ultricies dapibus ut consectetur vulputate, dolor. id, Praesent nec nunc eleifend sed