Culture et entretien du Galinsoga

Galinsoga

Une plante invasive goûteuse et utile !

Décriée comme mauvaise herbe particulièrement envahissante et difficile à éradiquer, la galinsoga est au contraire une plante très goûteuse et utile qui relèvera vos plats d’une touche de fraîcheur exotique !

Origine

Galinsoga est un genre botanique relevant de la famille des astéracées. Il est originaire des zones tropicales de l’Amérique du Sud et comprend 16 espèces officiellement reconnues. De nos jours, les différentes espèces de galinsogas sont répandues dans presque toutes les régions du globe.

Fleur, feuille, couleur

Les galinsogas sont des plantes annuelles fleuries à la vivacité prodigieuse. Leurs tiges vert moyen sont élancées, droites et ramifiées en haut. Elles atteignent une taille de maturité entre 10 et 80 cm. Les feuilles, également vert moyen, sont ovoïdes avec des bordures denticulées. Les petites inflorescences sont regroupées en ombelles. Les capitules ont un diamètre d’environ 0,5 cm. Ils sont composés – comme par ailleurs toutes les fleurs de la famille des astéracées – et comportent un centre en forme de bouton constitué par des fleurs jaunes tubulées qui est entouré de cinq pétales ligulés et tridentés. La pollinisation se fait à la fois par la plante elle-même – autogame – et par l’intermédiaire d’un insecte – entomogame. En automne, les inflorescences cèdent la place aux fruits des galinsogas qui prennent la forme d’un akène.

Les galinsogas sont extrêmement propices pour la production de semences. Une plante normale en produit un minimum de 6.000 graines, une plante très bien développée jusqu’à 30.000 ! Ainsi, les galinsogas peuvent produire jusqu’à trois générations par an.

Les deux espèces de galingosa les plus répandues dans nos contrées sont Galinsoga parviflora – « à petites fleurs » – ainsi que Galinsoga ciliate – « ciliée » –,  qui est couverte de poils fins et drus.

Floraison

Les galinsogas fleurissent de mai en octobre.

Histoire culturelle et utilisation culinaire

Le genre botanique galinsoga fut baptisé en honneur du botaniste espagnol Mariano Martinez Galinsoga (1756-1797), directeur du Real Jardín Botánico de Madrid et médecin personnel de la Reine. Le premier recensement officiel des galinsogas remonte à 1776, quand le genre botanique fut implanté dans les jardins botaniques de Kew, près de Londres. En 1785, les galinsogas sont recensées également à Paris, plus précisément au jardin botanique du Jardin des Plantes. Leur expansion vers l’Est continue avec l’Allemagne, où les premiers exemplaires des galinsogas furent officiellement recensés au début du 19e siècle. Comme les galinsogas commencèrent à envahir les prés et jardins allemands au même moment où les forces françaises se mirent à envahir le pays entier – selon l’idée reçue, les graines auraient traversé le Rhin dans les sacs de nourriture pour chevaux –, la plante a été baptisé « Franzosenkraut », « herbe des Français ».

Même si les galinsogas sont souvent comptées parmi les mauvaises herbes particulièrement pénibles à éradiquer, il est grand temps de changer de perspective et de découvrir les usages culinaires multiples de cette plante si bon marché, saine et goûteuse. Sur le continent d’origine, en Amérique du Sud, les galinsogas sont connues et appréciées sous le nom de « guascas » que l’on trouve crues ou sous forme de poudre. En Colombie, il y a même un plat national, l’ajiaco, un pot-au-feu à base de trois sortes de pommes de terre et de poulet, dont toute la saveur tient justement au rajout du guascas. Si on peut trouver du guascas à prix forts dans des magasins choisis en France, il est pourtant si facile d’en glaner ou cultiver soi-même, et ce pour pratiquement rien. Dans nos contrées, on est en train de découvrir la saveur des galinsogas crues en salade – seulement les jeunes pousses et boutons avant la floraison –, moulinées dans une soupe, ou cuites à la façon des épinards. Il est également possible d’incorporer des parties de galinsogas – notamment les jeunes pousses – à des smoothies faits maison et de les transformer en pesto en les mixant avec de l’huile d’olive, des noix de votre choix ainsi que du parmesan. Un autre emploi est la poudre de galinsoga que l’on peut facilement obtenir à partir de feuilles, tiges et fleurs séchées, puis broyées.

Il est important de savoir que notre galinsoga ou guascas est également une plante extrêmement saine : avec 14 mg de fer par 100 g, c’est une des plantes les plus riches en fer qui existent. En même temps, les galinsogas contiennent des quantités importantes de minéraux – potassium et magnésium –, de vitamines – A et C – ainsi que de manganèse, un élément important pour la formation des os et du tissu conjonctif.

Comment planter les galinsoga?

Période et méthode de plantation

Les graines des galinsogas peuvent être plantées à la fin du printemps, à partir du mois de mai. Il est également possible de les faire pousser à l’intérieur, sur un lit de ouate trempé posé dans une coupe ou un bol plat. On peut semer les graines des galinsogas à la volée ou en rangées. Pour bien germer, elles ont besoin d’une température d’au moins 20°C. Grâce à leur croissance rapide, il est possible d’entrevoir les premières fleurs seulement 4 à 6 semaines après la plantation des semences !

Substrat

Les galinsogas poussent à peu près partout mais préfèrent les sols acides.

Engrais

Il n’est pas nécessaire de rajouter de l’engrais aux galinsogas. Au contraire, les galinsogas sont elles-mêmes un fertilisant écologique apprécié qu’on plante dans les champs au terreau épuisé.

Comment entretenir les galinsogas ?

Exposition lumineuse

En tant que plante originaire des régions tropicales, les galinsogas aiment les endroits ensoleillés, chauds et abrités.

Arrosage

Après la germination, les galinsogas ne nécessitent pas un arrosage régulier et abondant.

Taille et récolte

Il n’est pas nécessaire de tailler les galinsogas. La récolte des feuilles et des autres parties se fait toute l’année. Pour le meilleur goût, on choisit les jeunes pousses et les boutons avant la période de floraison.

Multiplication

Les galinsogas se multiplient naturellement et copieusement par semis. Il est également possible de récolter les akènes et de les garder dans un endroit sec pour les faire germer l’année suivante. Comme toute la plante, les graines des galinsogas sont extrêmement résistantes et sont capables de germer jusqu’à 10 ans après leur récolte.

Rusticité et protection

Originaires des tropiques, les galinsogas sont des plantes annuelles qui meurent avec l’hiver. Il suffit de garder quelques graines pour les faire germer de nouveau au printemps prochain.

Maladie et parasites

Extrêmement vivaces et résistantes, les galinsogas ne craignent ni maladies ni parasites.

Galinsoga : liste des différentes espèces

libero. Aliquam efficitur. mi, Praesent sed id dolor. consectetur Nullam Praesent libero accumsan mi, dictum id massa amet, at ipsum consequat.