Culture et entretien du Trachycarpus

Trachycarpus

Un palmier pour tous

Avec leurs larges feuilles en éventail, les palmiers du genre trachycarpus sont un atout majeur pour tous les parcs, jardins et terrasses qu’ils embellissent de leurs formes verdoyantes et graphiques.

Origine

Trachycarpus est un genre botanique de palmiers relevant de la famille des Arécacées et compte 9 espèces officiellement reconnues. Son nom est un composé dérivé du grec « trachys », « rugueux », ainsi que de « carpos », qui signifie « fruit ». Les trachycarpus, que l’on connaît également sous les noms vernaculaires de « palmier chanvre », « palmier de Chine » ou encore « palmier de Chusan » sont originaires des zones montagneuses du Nord de l’Inde jusqu’au Tibet et en Chine. On les trouve également au Myanmar. Depuis leur importation en Europe, où ils sont vite devenus les plantes de choix pour orner parcs privés et publics, les trachycarpus se sont répandus autour du pourtour méditerranéen et même dans les régions montagneuses en Suisse, où ils ont été classés comme espèce envahissante !

Fleur, feuille, couleur

Les trachycarpus sont de palmiers qui se distinguent par leurs troncs rugueux couverts de longs poils drus bruns ainsi que par leurs couronnes très touffues composées de feuilles longues et grandes en éventail. Au début de l’été, les trachycarpus se couvrent d’inflorescences jaune orangé très ramifiées qui cèdent la place à des petits fruits noir violacés. Ces petits fruits sont très appréciés par les oiseaux qui, en en digérant la pulpe et secrétant les graines, contribuent activement à la multiplication de l’espèce.

Il existe 9 espèces de trachycarpus dont les plus importantes sont les suivantes : Trachycarpus fortunei, qui est de loin l’espèce la plus répandue. Ce trachycarpus supporte bien les sols plus lourds, les endroits ombragés, et même une exposition aux vents et aux intempéries. Le froid ne lui devient fatal qu’en-dessous de -15°C ! Trachycarpus fortunei est un palmier dioïque, c’est-à-dire avec des plantes femelles et mâles séparées, qui peut atteindre une hauteur de maturité jusqu‘à 20 m et une largeur de 150 cm à 250 cm au bout de 20 à 50 ans. Ses feuilles très longues, luisantes et pointues mesurent entre 100 cm et 150 cm. Aux mois de mai et de juin, cette espèce arbore de très jolies grappes de fleurs jaunes mesurant entre 50 et 100 cm. Très rustiques, ces palmiers supportent aisément des températures jusqu’à -15°C. Le seul inconvénient est d’ordre esthétique, car les grands éventails du feuillage accusent l’influence des vents et des intempéries et que les feuilles mortes restent longtemps sur l’arbre, entourant ainsi sa couronne d’une collerette grisâtre et sèche.

Les espèces Trachycarpus wagnerianus ainsi que Trachycarpus latisectus possèdent une couronne foliaire plus impressionnante avec des palmes plus larges, mieux résistantes au vent dans un coloris vert profond et luisant.

Avec sa taille ne dépassant pas les 5 m en hauteur, Trachycarpus wagnerianus se prête très bien à une culture en pot et en bac.

Du fait de ses racines peu profondes et étendues, Trachycarpus latisectus, appelé « Palmier de Windamare » ou « Palmier d’Inde »  se prête également très bien à une culture en bac. Cette espèce de trachycarpus est particulièrement belle avec son tronc nu et ses larges feuilles en éventail, qui rappellent celles des Livistona.

Comme l’indique son nom latin, Trachycarpus nanus est une espèce naine avec un tronc court de quelques centimètres qui disparaît complètement sous les grandes touffes de feuilles en éventail. Très rare, cette espèce est extrêmement décorative et supporte également bien les températures jusqu’à -15°C.

Floraison

Les trachycarpus fleurissent en mai et en juin.

Utilisation

Rustiques, graphiques et faciles d’entretien, les trachycarpus sont les arbres et arbustes de choix pour un parc, un jardin et même pour une terrasse ou un balcon. Cultivables en pleine terre comme en bac et en pot, ils ne nécessitent qu’un minimum de soins et rajoutent une touche exotique à vos jardins extérieurs et intérieurs.

En Chine et au Japon, les feuilles des trachycarpus servent par ailleurs à la confection de nattes, de rembourrages, d’isolations et même de chapeaux, d’imperméables et de parasols.

Comment planter les trachycarpus?

Période de plantation

Le meilleur moment pour planter les trachycarpus est de mai en août.

Méthode de plantation

Pour une plantation en pleine terre, creusez d’abord un trou qui fasse au moins deux fois la taille de la motte. En même temps, préparez déjà le substrat – cf. ci-dessous – pour remplir le trou. Pendant qu’on creuse le trou, il faut laisser tremper la motte dans un seau d’eau. Comme les trachycarpus ont besoin d’eau pour bien démarrer leur croissance, il est recommandé d’arroser le trou avant d’y poser le jeune arbuste. Après y avoir placé votre trachycarpus, rajouté le substrat préparé et de l’avoir légèrement tassé, il suffit d’arroser une dernière fois sur la motte et de couvrir la base de l’arbuste avec une couche de paillis – de préférence des écorces de pin.

Substrat

Les trachycarpus poussent aussi bien dans un terreau acide que dans un sol neutre ou alcalin. Le meilleur substrat pour garantir l’épanouissement des trachycarpus est à la fois bien drainé et riche en nutriments. L’idéal est un mélange de terreau glaiseux, de sable et de calcaire. Si vous souhaitez planter votre trachycarpus en pleine terre, assurez-vous qu’il ne soit ni trop sec et trop pauvre ni trop lourd et trop humide. Pour les terreaux trop lourds, incorporez une bonne dose de sable et rajoutez également du gravier minéral calcaire. Pour des sols trop pauvres et secs, il suffit de les enrichir avec du terreau humifère – compost fait maison – ou de rajouter directement de l’humus et un activateur du sol biologique universel.

Engrais

Les palmiers du genre trachycarpus ne nécessitent aucun apport d’engrais si leur terreau est suffisamment humifère. Pour des sols pauvres, il est conseillé d’ajouter régulièrement – une fois par mois – un engrais biologique telle que la corne broyée ou encore un activateur de sol biologique sous forme de granulat.

Comment entretenir les trachycarpus?

Exposition lumineuse

Les trachycarpus adorent le soleil mais poussent également bien à la mi-ombre avec une exposition sud, est ou ouest. Il est recommandé d’opter pour un endroit à l’abri des intempéries et du vent qui risquent d’abîmer le beau feuillage étendue de ces palmiers.

Arrosage

Un arrosage régulier et modéré convient le mieux aux palmiers du genre trachycarpus.

Taille et récolte

Les trachycarpus ne nécessitent pas de taille. Il suffit d’enlever les feuilles mortes au fur et à mesure. Si vous souhaitez modifier la forme de votre trachycarpus, le meilleur moment pour vous lancer dans votre projet topiaire est au mois d’avril et en mai.

Multiplication

La multiplication des trachycarpus se fait par semis. Il est recommandé de faire tremper les graines dans de l’eau au moins 30 min. avant de les planter dans un mélange de terreau ordinaire, de sable et d’humus qui doit être maintenu à la même température constante d’environ 25°C jusqu’au développement des petits plants.

Rusticité et protection

Malgré leur résistance au froid, il est recommandé de protéger le pied des trachycarpus avec du paillage – écorces de pin, branches et feuilles mortes etc. – pendant la période la plus rigoureuse de l’hiver. Plus le trachycarpus est petit moins il est encore capable de résister au froid et doit être rentré ou bien enveloppé dans des bâches appropriées.

Maladie et parasites

Faciles d’entretien, les trachycarpus plantés en pleine terre ne craignent ni parasites ni maladies.

Cultivés à l’intérieur, les trachycarpus sont souvent infestés par des pucerons, des cochenilles et des acariens. Pour un traitement écologique optez pour la vaporisation d’une solution aqueuse à base de savon noir – 1/10 de savon noir liquide du type Briochin ou Rainette mélangé avec 9/10 d’eau – ou encore l’implantation de larves de coccinelles – adalia bipunctata –, gros mangeurs de pucerons, que l’on peut acheter en magasin et en ligne. Un autre insecte utile est la chrysope verte, chrysoperla carnea, qui se nourrit également des pucerons et soulage efficacement vos plantes. Quant aux acariens, ce sont des nuisibles très difficiles à combattre efficacement avec des insecticides auxquels ils ont développé des résistances au fil des dernières décennies. Pour les éliminer de façon efficace, il est alors préférable de recourir à des solutions écologiques telles que les larves de coccinelles noires ou encore les phytoséiides – notamment l’espèce phytoseiulus persimilis, des acariens utiles, qui se nourrissent des espèces nuisibles de leur famille.

Menaces écologiques sur les plantes

Comme le révèle la liste rouge de l'UICN (l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature), 40.8% des plantes sur notre planète sont menacées d'extinction à plus ou moins brève échéance.

Source : données calculées d’après les mesures fournies par l’UICN le 09 juillet 2020.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez découvrir notre analyse détaillée pour comprendre les raisons de leur extinction, les enjeux écologiques et les solutions possibles pour que chacun puisse agir à son échelle dès aujourd’hui.

Trachycarpus : liste des différentes espèces

dolor leo. Donec quis, libero at risus. suscipit ipsum non pulvinar in fringilla consequat. Donec consectetur Praesent