Du papier recyclé pour des serviettes 100% écologiques

À l’heure du repas, vous êtes plutôt serviette en papier, serviette en tissu réutilisable, essuie-tout posé sur la table ? Bien sûr, le tissu reste l’option durable à privilégier mais selon les occasions, difficile de se passer de la serviette en papier pratique et jetable lorsque l’on a une foule d’autres choses à préparer ! Produits jetables et écologie, un mariage impossible ? 

Le point sur la pollution

Il faut trois mois aux mouchoirs et aux serviettes en papier pour se décomposer intégralement. Un processus rapide certes, mais notre consommation est telle que nous les rejetons dans la nature bien plus rapidement qu’ils ne peuvent se biodégrader. On estime qu’environ 1kg de serviettes en papier sont jetées par an, et par personne. Alors les déchets s’accumulent et les substances toxiques contenues dans nos serviettes jetables (chlore, dioxines…) réputées cancérigènes s’infiltrent dans les sols.

Et puis en amont, leur fabrication sollicite une énorme quantité de ressources, bois, pétrole, eau, produits chimiques, carburant et le produit fini nous sera livré fermement emballé dans un film plastique qui lui, mettra des siècles à disparaître. Tout ça pour une serviette en papier jetable qui sera décrétée sale avoir l’avoir portée deux fois à nos lèvres. Impensable !

Comment fabrique t-on le papier ?

Parce que le bois local ne suffit plus à répondre à la demande du consommateur, on l’importe aujourd’hui massivement de forêts étrangères (Amérique du Sud, Sibérie, Asie du Sud-Est) où les arbres coupés ne seront généralement pas replantés. Après avoir été nettoyé, écorcé puis réduit en copeaux très fins à grand renfort d’eau et d’énergie, le bois sera traité à l’aide de produits chimiques destinés à améliorer les qualités du futur papier.

Il faut environ 60 à 100 litres d’eau pour la fabrication d’un kilo de papier, et 17 WH pour une simple feuille ! Une fois la pâte brute transformée en produit fini, les déchets liquides et solides engendrés par la production passeront dans une station d’épuration où l’eau sera ensuite réinjectée dans les cours d’eau sans avoir été totalement débarrassée de ses polluants.

Vous avez dit catastrophe écologique ?

Les spécificités du papier recyclé

À l’inverse, les fibres de cellulose recyclées d’où est tirée la serviette en papier écologique sont prélevées sur des emballages en papier non traités. Leur transformation ne nécessitera par la suite l’utilisation d’aucun produit chimique pour le blanchiment ni de colorants, ce qui laissera à la serviette en papier recyclé une couleur kraft naturelle. 

Une tonne de papier recyclé correspond ainsi à 17 arbres préservés, 3000 litres d’eau économisés et 500 kg de CO2 en moins dans l’atmosphère. Malheureusement, la fibre de cellulose n’est pas recyclable à l’infini ce qui impliquera à terme la réintroduction d’une petite part de papier vierge dans le processus, mais le tout restera dans tous les cas bien moins énergivore et entièrement compostable ! 

Serviette jetable ou serviette en tissu ?

Un débat qui n’en finit pas tant les deux parties ont leurs défenseurs ! À l’argument selon lequel les serviettes en tissu seraient bien plus écologiques, certains rappellent que leur fabrication nécessite plus de matières premières qu’une serviette en papier jetable et que les lavages réguliers impliquent une consommation d’eau importante. Tout dépendra au final de l’utilisation qui en sera faite. À moins de pouvoir les rentabiliser, on préférera pour une réception occasionnelle opter pour des serviettes en papier écologique que l’on jettera ensuite au compost ! 

Les atouts de la serviette en papier écologique

Douces, souples au toucher et facilement façonnables pour réaliser de jolies décorations de table, les serviettes en papier écologique sont aussi composées de plusieurs couches de papier pour une absorption maximum. Et puisque l’aspect esthétique a aussi son importance, on apprécie tout particulièrement la texture brute naturelle, parfaitement en accord avec les tendances du moment. À garder toujours chez soi et à ressortir quel que soit l’événement ! 

quis, commodo neque. felis sit id ut