Culture et entretien du Groseillier (Ribes)

Groseillier

Le groseillier est un genre de plantes vivaces au feuillage caduc de la famille des Grossulariacaee, originaire des régions tempérées de l’hémisphère nord et de la Cordillère des Andes.

Ce sont des arbustes très rustiques, vigoureux et touffus, qui peuvent atteindre 1,50 m de haut, généralement cultivés pour leurs fruits. L’une des espèces les plus populaires du genre ribes est Le cassis.

Comment cultiver le groseillier ?

Rustique et peu exigeant, le groseillier s’accommode de la plupart des sols, à condition que la terre ne soit ni trop sèche, ni trop humide.

L’emplacement idéal est un coin mi-ombragé ou exposé à un soleil doux à l’écart des emplacements brûlants. Les groseilliers redoutent les fortes chaleurs et la sécheresse, ils apprécient tout particulièrement les climats frais.

Ce sont des plantes qui fructifient mieux dans un sol frais et supportent, selon la terre et le climat, la mi-ombre. Il convient donc de choisir une situation abritée des grandes chaleurs dans le sud de la France (ombragée une partie de l’après-midi en été par exemple) et plutôt un endroit ensoleillé dans le Nord.

Comment planter le groseillier ?

Dans tous les cas, il faut privilégier un sol riche et ne pas hésiter à apporter un amendement au sol lors de la plantation.

On peut installer les groseilliers en bordure du potager, soit de façon en isolé ou en palissage contre un mur. Il est intéressant de mixer différentes variétés de groseilliers pour favoriser la pollinisation.

Il est recommandé de les planter à l’automne, car la terre encore chaude est propice à l’enracinement avant l’hiver. Ils peuvent également être plantés au printemps en évitant les périodes de gel.

Comment entretenir le groseillier ?

Arrosage et fertilisant

Le groseillier a besoin d’eau pour bien fructifier. Il convient donc de l’arroser régulièrement et de mettre un paillage au pied de l’arbuste pour conserver l’humidité du sol durant l’été.

S’il n’est pas indispensable, l’apport d’un engrais pour petits fruitiers améliorera significativement la qualité et la quantité des fruits.

Taille

L’année suivant la plantation, il faut laisser pousser naturellement le groseillier : il se ramifiera tout seul.

La taille d’entretien se pratique en février-mars et consiste à éclaircir le centre de l’arbuste pour favoriser l’émergence de nouvelles pousses et l’aérer. Il faut supprimer les rameaux les plus âgés (plus de 5 ans), éliminer les rejets trop faibles et couper les rameaux qui encombrent le centre du buisson. Il est important de réaliser la coupe au-dessus d’un œil (bourgeon) tourné vers l’extérieur de la touffe.

Cette taille doit être complétée par la taille de fructification qui consiste à rabattre les pousses de l’année (portées par les rameaux de 2 à 4 ans restants) sur 1/3 de leur longueur. Cela favorisera la ramification et la fructification sur les autres yeux.

Protection

Le meilleur moyen d’éviter les maladies sur les groseilliers est de leur apporter les éléments nutritifs nécessaires au printemps, grâce à l’apport de compost ou d’un amendement du type fumier ou algues.

Un traitement préventif à la bouillie bordelaise en fin d’hiver permet aussi d’éviter bon nombre de champignons.

Floraison

Les groseilliers commencent à fleurir en avril en se couvrant de grappes de petites fleurs dont la couleur varie en fonction de l’espèce (vert-jaune, blanc-rose, ou complètement rose).

La plupart des espèces produisent pendant l’été des baies comestibles, mais il existe des espèces qui ne font que fleurir (leur floraison est d’ailleurs plus abondante et plus vive que les groseilliers à fruits).

La fructification se fait sur les rameaux qui ont 2-3 ans puis se raréfie sur les rameaux de 5 ans et plus.

Groseillier : liste des différentes espèces

Livre pour en savoir +

elementum ultricies felis facilisis velit, risus quis, Aenean ipsum commodo facilisis suscipit ut ut